All’s Well That Ends Well

« Tout est bien qui finit bien », ainsi l’avait écrit Shakespeare. Voilà qui conclut également fort bien mon séjour à Cambridge. Je ne saurais résumer deux semaines en quelques lignes et Shakespeare m’en garde – pardonnez-moi ce parjure.

Mon séjour s’apparente pourtant à une pièce de théâtre. Il y eut un début, une situation initiale, des personnages dont on ne connaissait au départ ni le passé ni le destin.

Puis il y eut une rupture, un bouleversement de l’ordre établi, celui de me retrouver dans la peau de l’étudiant. Une inversion des rôles que Shakespeare lui-même n’aurait pas renié. À cela s’ajoutèrent de nombreux dialogues et actions. Par exemple, l’on peut citer les entretiens entre le maître, incarnation de la sagesse, et son élève. On peut tout aussi bien évoquer la fougue de ce dernier, qui s’exprima aussi bien par l’action – des fish & chips et des bières – que par la pertinence de sa culture – visites intrépides des collèges.

Il y avait dans mon récit comme dans ceux du dramaturge anglais l’opposition entre la ville, symbole de civilisation, et la nature, l’endroit rêvé de mes chimères. En témoigne mon orgie de thé et de scones, notamment dans le verger de Grantchester.

Thé, scone, confiture et "clotted cream" à Grantchester

Et je ne saurais relater mon histoire sans évocation de la météo, qui fut capricieuse, bien qu’il n’y eût aucune Tempète.

Puis il y eut cette fin heureuse, un peu à l’américaine, mais avec cette touche de nostalgie propre à Shakespeare. On peut également y voir une morale : « qui voyage se cultive » ou « qui entreprend apprend ». Ce n’est pas aussi poétique et profond que Shakespeare, je vous le concède !

Enfin, « last but not least », il me faut trouver un titre à mon récit.

Que diriez-vous de Songe de Deux Semaines d’Eté ?

Songe d’Une Nuit d’Eté, de William Shakespeare, dans les jardins du St John’s College.

Le Shakespeare Festival à Cambridge

Malgré la pluie, je garde mon flegme tout britannique et poursuis mon thé.

Advertisements

2 commentaires

Filed under England

2 responses to “All’s Well That Ends Well

  1. Giliane

    Elle est super drôle la dernière photo!
    Le british qui ne perd en aucun cas sa dignité et son air distingué 😉
    Gros bisous!
    Giliane

  2. Maria

    Hi Jérôme,
    do you know the book “King of Shadows”? More a book for children or teenagers about a young American actor who performs the Puk in Midsummer Night’s Dream and switches miraculously to Shakespear’s time. I think you could have fun reading this with one of your classes. Very funny is “Shanking Shakespeare”, not about Shakespeare at all, but hilarious.
    Best wishes
    Maria

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s